Close

Une nouvelle approche peu invasive et sans risque d’atteinte artérielle développée par la société israélienne Maxillent pour relever le plancher du sinus maxillaire

L’importante récession verticale  de l’os maxillaire postérieur confronte parfois le dentiste ou stomatologue ou chirurgien maxillo-facial à considérer l’élévation du plancher du sinus pour y poser des implants, afin de proposer une solution de prothèse fixe a son patient. Cela se fait par voie crestale – technique dite du “sinus fermé” ou Summer-  sans traumatisme lourd postopératoire mais valable que pour une petite augmentation verticale ; soit par voie latérale – technique dite du “sinus ouvert” – pour une élévation du plancher sinusal de plus de 10mm mais avec parfois des complications  peropératoires et des traumatismes postopératoires conséquents.

Une nouvelle approche peu invasive a été développée en Israël par la société MAXILLENT pour pouvoir atteindre un relevé du plancher sinusal de plus de 10mm en passant par voie crestale; bénéficiant des avantages du “sinus fermé”  mais en évitant les complications per et postopératoires du “sinus ouvert”.

Après avoir fait une ostéotomie par voie crestale  (schema A)avec le kit chirurgicale de Maxillent très simple d’utilisation pour atteindre sans danger la membrane de Schneider, le relevé de cette membrane sinusale s’effectue par pression hydraulique a travers l’implant ” i-raise “  de cette même société (schema B). Toujours à travers ce même implant et après avoir aspirer en retour le sérum physiologique précédemment introduit dans la cavité sinusale  , un gel de substitut osseux à base d’hydroxyapatite et phosphate tricalcique bêta est  à son tour injecté dans le sinus (schema C). De ce fait aussi, le risque infectieux rencontré habituellement dans la greffe du sinus est largement diminué puisqu’il n’y a pas de contact direct entre la greffe et l’opérateur (figure 1). L’implant i-raise est ensuite poussé dans cette même greffe et stabilisé  dans l’os résiduel maxillaire présent en préopératoire (schema D).

Cette innovation est utilisée depuis 7 ans en Israël mais aussi s’est répandue dans d’autres pays, plus de 5500 cas réalisés , plus de 96% de réussite. Les risques de perforation de la membrane sinusale sont  très faibles. Les relevés du plancher du sinus sont de 8 à 10 mm. Une petite résorption du substitut osseux a été observée mais non conséquente.  En général, les patients n’ont pas présenté de douleurs postopératoires aiguës et pouvaient même retourner à leurs activités journalières après le soin ou prendre l’avion 2 semaines après, seulement . Ecchymoses et atteinte de l’artère alvéolaire maxillaire supérieure n’ont pas été relevées .

Cette technique israélienne peu invasive est facile d’utilisation tant pour les praticiens expérimentés que pour les débutants quand les conditions requises sont réunies telle par exemple une hauteur minimale de 3mm de l’os alvéolaire . Les implants i-raise sont disponibles en diamètre de 4.2 et 5 mm avec 3 longueurs disponibles 13-14.5 et 16 mm.

La greffe du substitut osseux dans le sinus , le relevé de son plancher ainsi que la pose de l’implant peuvent se faire en une demi-heure environ, évitant le stress du sinus ouvert au praticien d’une part; et les inconforts et les traumatismes vécus par le patient (lorsque l’on passe par voie latérale) d’autre part. De plus, il est possible -toujours dans la même séance- de poser d’autres implants dans le site implanté. (Figure 2)

 

 

 

Dr Yehouda Lee-David RUBIN
Fellow, Expert and Diplomat of the International Congress of Oral Implantologists (ICOI)
Membre de l’Association Israélienne d’Implantologie Orale (IAOI)
Pratique exclusive à l’implantologie (Jérusalem et Tel-Aviv)
Ancien diplômé de la faculté de Garancière Paris, France